Lettres et Images    
La nécessité d'un réseau français du patrimoine de l'imprimerie Une invention Pourquoi conserver le patrimoine de l'imprimerie au 21ème siècle ? l'I.N. (Hyène) Des savoir-faire Une culture de la Lettre  






PAUL DUPONT, CHRONOLOGIE DE L'HISTOIRE DE L'IMPRIMERIE, 1853
Histoire chronologique de l'Imprimerie de 1450 à 1500

mercredi 1er janvier 2003, par Andréas Schweizer




Ce tableau, destiné à résumer tout ce qui a été dit dans l'histoire de l'imprimerie, contient un grand nombre de faits particuliers qui n'avaient pu y trouver place ; la date de l'introduction de cet art dans les principales villes ; les noms des imprimeurs célèbres ; l'indication des divers progrès de la typographie et des nouvelles découvertes qui s'y rapportent.

Paul Dupont, Chronologie de l'histoire de l'imprimerie, 1853

Tableau chronologique des principaux faits qui se rattachent à l'histoire de l'imprimerie depuis son origine jusqu'à nos jours.

Ce tableau, destiné à résumer tout ce qui a été dit dans l'histoire de l'imprimerie, contient un grand nombre de faits particuliers qui n'avaient pu y trouver place ; la date de l'introduction de cet art dans les principales villes ; les noms des imprimeurs célèbres ; l'indication des divers progrès de la typographie et des nouvelles découvertes qui s'y rapportent. C'est, en un mot, l'abrégé chronologique de l'histoire de l'imprimerie. NOTE : Nous avons ajouté quelques remarques entres crochets [...].

XVe siècle.

1450
-  MAYENCE, Moguntia. L'art typographique est inventé [date incertaine] dans cette ville par Jean Gutenberg, Jean Fust et Pierre Schoeffer. Le premier ouvrage imprimé en caractères mobiles est une Bible latine.

[1457
-  MAYENCE. Fust et Schöffer publie le Psautier, premier livre daté avec certitude.]

1458
-  Nicolas Jenson, graveur de monnaie à Tours, est envoyé à Mayence par Charles VII, pour y apprendre le nouvel art. A son retour, vers 1461, il fut probablement mal accueilli par Louis XI, n'introduisit point l'imprimerie en France, comme quelques auteurs l'ont dit, et alla même plus tard s'établir à Venise.

1462
-  BAMBERG (Allemagne). La première ville après Mayence où l'art typographique a été exercé. Albrecht ou Albert Pfister y imprime le livre des Quatre histoires de l'Ancien Testament, en allemand.

1463
-  On rapporte à cette année, un voyage fait par Jean Fust à Paris, où il vendit des exemplaires de la Bible à différents prix, les faisant passer, dit-on, pour des manuscrits, ce qui lui attira un procès en fraude et même en sorcellerie, et le força de prendre la fuite ; mais ce récit, répété par Voltaire, parait fabuleux.

1465
-  SUBIACO (Italie). Monastère situé dans les États-Romains. Conrad Sweynheym et Arnold Pannartz, élèves de Gutenberg, y impriment d'abord la grammaire de Donat et un Lactance.

1466
-  STRASBOURG, Argentoratum, alors ville d'Allemagne. Gutenberg y conçut l'idée de l'imprimerie et peut-être même y fit-il ses premiers essais.
-  Jacques Mentel ou Mentelin, qu'on a voulu à tort faire passer pour l'inventeur de l'imprimerie, est du moins le premier typographe de Strasbourg ; on lui attribue l'impression d'une Bible allemande, vers 1466, et son nom se trouve sur une édition de l'Art de prêcher par saint Augustin, que l'on croit encore plus ancienne.
-  COLOGNE, Colonia Agrippina. Ulrich Zell y imprime un commentaire de saint Jean Chrysostome sur le psaume 50. Jean Fust meurt de la peste à Paris où il était venu pour les affaires de son commerce de librairie.

1467
-  Elfeld ou Eltvil, Altavilla, près Mayence. Henri Becctermuncze y imprime le Vocabularium latino-teutonicum, in-4°.
-  ROME. Sweynheym et Pannartz, établis d'abord à Subiaco, sont appelés par le pape Paul II à Rome, où ils impriment les Épitres familières de Cicéron, la Cité de Dieu de saint Augustin, etc. Udalric Han, Allemand (en français Le Coq, en latin Gallus) est le second imprimeur de Rome ; après lui viennent Léonard Pflugl, Georges Laver, Jean Gensberg, Philippe de Lignamine et beaucoup d'autres.

1468
-  Augsbourg, Augusta Vindelicorum. Gunther Zainer en est regardé comme le premier imprimeur. Il introduit en Allemagne les caractères ronds appelés romains, parce qu'on s'en servit d'abord à Rome ; c'est lui aussi, dit-on, qui porta l'imprimerie en Pologne.
-  Jean Gutenberg meurt à Mayence [date incertaine] ; l'archevêque-électeur Adolphe II l'avait admis au nombre des gentilshommes de sa maison. Pierre Schoeffer, se trouvant à Paris, vend au collége d'Autun, pour quinze deus d'or, un exemplaire d'un ouvrage de saint Thomas d'Aquin qu'il avait imprimé à Mayence. La quittance, écrite de sa main, est conservée aux archives impériales de Paris.

1469
-  VENISE. Les premiers imprimeurs sont Jean de Spire et Vendelin, son frère. Plus tard, Nicolas Jenson, Français d'origine, arrive à Venise et s'y fait une grande réputation comme graveur, fondeur de caractères et imprimeur. Un autre Français, Jacques des Rouges, se distingue par ses belles impressions. Jean de Cologne est le premier qui fait usage de signatures dans les livres qu'il imprime. Tous ces célèbres typographes et beaucoup d'autres donnent à l'imprimerie de Venise un éclat que les Alde vont bientôt porter à son apogée.

1470
-  NUREMBERG (Allemagne). On attribue à Henri Kefer, associé avec Jean Sensenschmidt, les premières impressions exécutées dans cette ville, dont Antoine Koburger est aussi un des plus anciens et des plus célèbres imprimeurs. Le savant Regiomontanus (Jean de Muller) y exerce pendant quelques années l'art typographique.
-  Paris. Ulric Gering, Martin Crantz et Michel Friburger, typographes allemands, y sont appelés par deux docteurs de Sorbonne. Le premier ouvrage qu'ils impriment est intitulé : Epistolae Gasparini Pergamensis, in-4°.
-  FOLIGNO, Fulginum (Italie). Un citoyen de cette ville, nommé Émilien de Ursinis ou de Orfinis, et Jean Numeister, élève de Gutenberg, y impriment : De bello italico adversus Gothos de Léonard Arétin.
-  MILAN, Mediolanum. Philippe de Lavagna et Antoine Zarot [Antonio Zarotti] en sont les plus anciens imprimeurs. - Dionysius Paravisenus [Palavicinus] y imprime, en 1476, la Grammaire de Constantin Lascaris, qu'on regarde comme la première impression en grec.

1470-72
-  VÉRONE. Panzer (Annal. typogr.) cite comme le premier livre imprimé à Vérone une traduction en vers italiens de la Batrachomyomachie d'Homère, sans nom d'imprimeur, et à la fin de laquelle on lit : Verone die XV januarii M CCCC LXX. Mais, suivant Dibdin (Aedes Altelhorpianae), cette date de 1470 se rapporte au travail du traducteur (George Sommariva) et non à l'impression de l'ouvrage, qu'il croit avoir été imprimé à Florence vers 1480. Une impression qui ne laisse aucun doute est celle du livre de Valterius, De re militari, imprimé à Vérone en 1472, par Jean de Vérone, qui paraît être l'introducteur de la typographie dans sa ville natale. Pierre Maufer, Français de nation, après avoir exercé son art à Padoue, vient à Vérone où il imprime, en 1480, De bello judaico de Josèphe Flavius.
-  MUNSTER en Argovie, Berona. C'est la première ville de Suisse où l'on ait exercé l'imprimerie. Le chanoine Elie de Louffen y imprime une édition du Mammetractus de Marchesini, datée de 1470 ; puis deux éditions du Speculum vitae humanae de Roderic, en 1472 et 1473.

1471
-  Pierre Schoeffer et Conrad Henlif ou Hannequis, son associé, font un voyage à Paris, où ils fondent à l'abbaye de Saint-Victor un anniversaire pour eux, pour Jean Fust (mort à Paris en l166 et peut-être inhumé dans cette église), pour leurs femmes, enfants, parents, amis et bienfaiteurs, moyennant un exemplaire des Épitres de saint Jérôme, imprimées sur parchemin en deux volumes in-folio. L'abbé leur donne douze écus d'or en retour. Cet acte fait partie des manuscrits de la bibliothèque impériale, et l'exemplaire du livre est à la bibliothèque de l'Arsenal.
-  FLORENCE, en latin Florentia, en Italien Firenze. Bernard Cennini, orfévre de cette ville, en est aussi le, premier typographe. Aidé de ses deux fils, il monte une presse, fabrique des caractères et imprime les Commentaires de Servius sur Virgile. Les Junte [Giunta] s'y établissent dans le XVIe siècle, sous la protection des Médicis.
-  FERRARE (Italie). Une édition de Martial, la première qui porte une date, y est imprimée. On n'en connaît plus que quatre exemplaires dont un a été acheté vers 1840, par la bibliothèque nationale de Paris, au prix de 2,000 fr. L'impression en est attribuée à André Belfort, surnommé Gallus, parce qu'il était d'origine française, comme il le dit lui-même dans la souscription de quelques livres : Andreas, cui Francia nomen tradidit. Ce typographe imprima la même année (1471), en y mettant son nom, l'ouvrage intitulé : Augustini Dathi senensis libellus de variis loquendi figuris.

1471
-  TRÉVISE, Tarvisium. Girard de Lisa y imprime les Lettres de Phalaris, traduites du grec en latin par François Arétin ou d'Arezzo ; Trismegistus, traduit par Marsile Ficin, etc.
-  BOLOGNE, Bononia. Balthasar Azoguidus y imprime la première édition d'Ovide.
-  NAPLES. Sixte Riessinger, prêtre, de Strasbourg, homme très- instruit et qui avait déjà exercé l'imprimerie, la porte le premier à Naples. Il y est accueilli avec la plus grande distinction par le roi Ferdinand.
-  COLLE (Italie). Un imprimeur nommé Bonnus Gallus, après avoir obtenu de l'administration municipale l'exemption de la gabelle, vient s'établir dans cette ville où il imprime la première édition du poëme d'Oppien sur la pêche. Dès le commencement du XIVe siècle, bien avant l'invention de l'imprimerie, il existait à Colle des manufactures de papier.
-  L'imprimerie est introduite à Pavie (Italie) ; - Spire (Allemagne).

1472
-  PADOUE, Patavium. Barthélemi de Valdezoccho, Padouan, et Martin de Sept-Arbres, Prussien, introduisent l'imprimerie à Padoue et y publient la Fiametta de Boccace, et les Sonetti e Trionfi de Pétrarque. - Pierre Maufer, Français, est aussi un des plus anciens imprimeurs de cette ville ; il va ensuite s'établir à Vérone.
-  MANTOUE. Deux Allemands, Georges et Paul, associés à Celumbino de Vérone, impriment une édition de Dante, in-fol.
-  PARME. Les deux plus anciens imprimeurs de cette ville sont Étienne Coral, Lyonnais, qui passe même pour y avoir introduit l'art typographique, et André Portilia. Dès le commencernent de 1473, le premier y imprimait l'Achilléide de Stace, et le second les Triomphes de Pétrarque. C'est là que Bodini, l'un des plus célèbres typographes de cette époque, avait son établissement.

1473
-  ULM (Allemagne). Jean Zainer y introduit l'imprimerie et publie la première édition des Femmes illustres de Boccace. On croit qu'il était frère de Gunther Zainer, imprimeur à Augsbourg,

1473
-  BUDE (Hongrie). André Hess en est le premier imprimeur ; il y est appelé par le roi Mathias Corvin.
-  ALOST. On y imprime le Speculum conversionis peccatorum de Rikel. C'est la première impression datée faite en Belgique ; elle est attribuée par les uns à Jean de Westphalie, par les autres à Thierri Martens, natif d'Alost, tous deux imprimeurs en cette ville, question de priorité résolue en faveur de Martens par ses compatriotes, qui le regardent comme le plus ancien typographe de la Belgique.
-  UTRECHT, Trajectum ad Rhenum ou Ultrajectum (Hollande). Nicolas Ketelaer et Gérard Leempt y impriment l'Historia scholastica de Pierre Comestor.
-  Introduction de l'imprimerie à Brescia et à Messine (Italie) ; à Esslingen (Allemagne).
-  LYON. Guillaume Regis ou Le Roy y imprime le Compendium breve du cardinal Lothaire. Dans le XVIe siècle, Jean Treschel, Sébastien et Antoine Gryphe s'y distinguent par la beauté de leurs impressions.
-  Pierre Caesaris , c'est-à-dire fils de César, maître ès arts et l'un des libraires jurés de l'Université de Paris, fonde avec Jean Stoll une seconde imprimerie dans cette ville. Leur établissement fait une vive concurrence à celui de Géring, dont ils avaient, dit-on, été les élèves.

1474
-  Louis XI accorde des lettres de naturalité à Gering, Friburger et Crantz.
-  Les frères de la vie commune impriment un Psautier dans leur monastère de Marienthal en Rhingau ou du Val Sainte-Marie près Mayence.
-  LOUVAIN, Lovanium. Jean de Westphalie ou de Paderborn en est le premier imprimeur [peut-être en 1473].
-  BALE, Basilea. Berthold Rodt, Michel Wensler et Bernard Richel en sont les plus anciens imprimeurs. Bientôt les Amerbach, les Froben, Oporin, Herwagen et autres savants typographes s'y distinguent par leurs belles et nombreuses impressions.
-  GÊNES, Janua. Mathieu Morave d'Ollmutz et Michel de Monaco y impriment la Somme théologique de Nicolas de Ausmo. Une inadvertance a rendu la date fautive : on lit 1456 au lieu de 1474 parce qu'on a mis lii° quarto pour lxx° quarto. En 1516, Porrus imprima à Gênes un Psautier polyglotte à huit colonnes.
-  VALENCE (Espagne). C'est la première ville d'Espagne où l'imprimerie ait été établie. On croit qu'elle y fut apportée par Lambert Palomar ou Palmart, typographe allemand, qui eut pour élève et pour associé Alfonso Ferdandez de Cordova (Cordoue).

1475
-  L'imprimerie est introduite à Modène, à Plaisance (Italie), à Barcelone, Saragosse (Espagne) ; - Deventer (Hollande) - Breslau (Allemagne) ; - Pilsen (Bohême).
-  Louis XI, par lettres royales du 21 avril, ordonne de restituer à Pierre Schoeffer et à Conrad Hannequis, son asssocié, la somme de 2,425 écus, valeur des livres qu'ils avaient en dépôt, tant à Paris qu'à Angers, chez leur facteur Hermann Statboen, Allemand non naturalisé en France, et qui, après la mort de celui-ci, avaient été saisis et vendus par droit d'aubaine. Vers la même époque, Schoeffer, que la poursuite de cette affaire et son commerce de librairie avaient appelé à Paris, vend pour trois écus, à un membre du chapitre de la cathédrale, un livre de théologie sur la dernière page duquel se trouve la quittance écrite par Schoeffer. Ce volume est maintenant à la bibliothèque de l'Arsenal.
-  Pasquier Bonhomme, qui exerçait le commerce de la librairie à Paris dès 1468, c'est-à-dire avant l'établissement de la typographie dans cette ville, est le premier Français qui ait embrassé la profession d'imprimeur à Paris ; car Gering, ses associés et ses premiers émules étaient étrangers. Bonhomme publie en 1476 les Chroniques de France, premier ouvrage imprimé en français à Paris ; jusqu'alors on n'y avait imprimé, que des livres en latin. Mais déjà Barthélemi Bayer, à Lyon, imprimait en français la Légende dorée, 1476 ; Colard Mansion, à Bruges, le Jardin de dévotion, vers 1475 ; plus anciennement encore, vers 1470, on avait imprimé en français le Recueil des histoires de Troie, probablement à Cologne. Ainsi, la première impression en langue française aurait été exécutée dans une ville étrangère.

1475
-  BRUGES. Corard Mansion introduit la typographie dans cette ville. Le premier ouvrage sorti de ses Presses est le Jardin de dévotion.
-  CRACOVIE. On y imprime une explication des Psaumes par le cardinal Jean de Turrecremata, sans date et sans nom d'imprimeur, mais dont l'impression est attribuée à Gunther Zainer qui exerçait l'art typographique à Augsbourg dès 1468. Suivant quelques bibliographes allemands et polonais, qui donnent au livre imprimé à Cracovie la date de 1465, au lieu de 1475, c'est après son retour de Pologne que Zainer se serait établi à Augsbourg ; mais cette opinion est bien contestée.
-  VICENCE (Italie). Herman Levilapis ou Lichtenstein introduit la typographie dans cette ville : il y imprime les Histoires de Paul Orose et la Cosmographie de Ptolémée.
-  REGGIO de Calabre dans le royaume de Naples. Les juifs y impriment un commentaire du rabbin Jarchi sur le Pentateuque. C'est la première impression en langue hébraïque.

1476
-  BRUXELLES. Les frères de la vie Commune établissent une imprimerie dans leur monastère. Ils y impriment le Speculum conscienciae de Denis le Chartreux (Rikel).
-  ANVERS, Antverpia. Thierri Martens y porte l'imprimerie et publie le Thesaurus pauperum. La date de 1472 qui se trouve aux Visions de Tondale, livre flamand imprimé en cette ville, est regardée comme fausse. Dans le XVIe siècle, le célèbre Christophe Plantin y établit une des plus belles imprimeries de l'Europe.
-  ANGERS, Andevagum. Jean de la Tour (Johannes de Turre) et Jean Morelli y impriment la Rhétorique de Cicéron ; puis, en 1477, le Manipulus curatorum.
-  TOULOUSE. Cette ville dont le nom s'écrivait anciennement Tholose et Tolose (en latin Tholosa et Tolosa), a été quelquefois confondue par les bibliographes avec Tolosa, petite ville d'Espagne. Voir, au chapitre de la propagation de l'imprimerie, ce que nous avons dit pour assigner la date de 1476 à l'établissement de la typographie à Toulouse, où elle fut introduite par Jean Teutonicus.
-  Introduction de l'imprimerie, à Rostock (Allemagne) ; - Mondovi, Trente, Udine (Italie).

1477
-  LUCQUES (Italie). Barthélemi Civitate y imprime les Triomphes de Pétrarque. On a prétendu qu'un opuscule du jurisconsulte Jean-Jacques Canis avait été imprimé dans cette ville en 1468 ; cette conjecture est peu fondée.
-  GOUDA (Hollande). L'imprimerie y est apportée par Gérard Leeu ou Lyon, qui va ensuite s'établir à Anvers.
-  Martin Crantz et Michel Friburger retournent en Allemagne. Ulric Gering reste à Paris. Il s'associe avec Guillaume Maynial (1480), puis avec Berthold Rembolt de Strasbourg (1183).
-  WESTMINSTER (Angleterre). Guillaume Caxton imprime les Dits et maximes des philosophes, en anglais. Il paraît que c'est le premier livre imprimé en Angleterre, et que le Jeu des échecs moralisé, de 1474, fut publié par Caxton, à Cologne.
-  Introduction de l'imprimerie à Palerme (Italie) ; - Séville (Espagne).

1478
-  OXFORD, Oxonium (Angleterre). On y imprime l'Explication du Symbole des Apôtres en latin, par saint Jérôme, avec la date de M CCCC LXVIII (1468) ; mais c'est évidemment M CCCC LXXVIII (1478) qu'il faut lire.
-  VIENNE en Dauphiné (France). Maître Jean y imprime Scelestissimi Sathane litigacionis contra genus humanum liber.
-  CHABLIS, Cabelium. Pierre Lerouge y imprime le Livre des bonnes moeurs.
-  GENÈVE. Adam Steinsbacher y imprime le Livre des saints Anges. Dans le XVIe siècle, Calvin y fixe sa résidence et l'on y publie beaucoup d'ouvrages en faveur de la réforme. Conrad Bade et Robert Estienne, son beau-frère, s'y retirent, après avoir embrassé le protestantisme.
-  Introduction de l'imprimerie à Sienne (Italie) ; - Prague (Bohême).

1479
-  PIGNEROL, Pinarolium (Italie). Jean de Rubeis ou Des Rouges, Français de nation, imprime Juvenalis Satiricon, in-fol. Il était auparavant établi à Venise.
-  POITIERS, Pictavium. On y imprime, dans la maison d'un chanoine de l'église de Saint-Hilaire le Breviarium historiale de Columna.
-  Introduction de l'imprimerie à Wurzbourg (Allemagne) ; - Massa, Novi (Italie) ; - Delft, Nimègue (Hollande) ; - Lerida (Espagne).

1480
-  CAEN, Cadomum. Jacques Durand et Qui-Joue impriment Epistole Horacii (Epistolae Horatii), in-4°.
-  AUDENARDE (Belgique). Arnoud de Keysere (c'est-à-dire de l'Empereur) imprime Hermanni De Petra sermones 50.
-  SONCINO (Italie). Les rabbins Josué et Moïse y fondent Urie imprimerie hébraïque d'où sortent un grand nombre de livres, notamment la première édition de la Bible en hébreu (1488). Gerson, fils de Moïse, après avoir exercé la typographie en Italie, va s'établir à Constantinople vers le commencement du XVIe siècle.
-  LEIPSICK, Lipsia (Allemagne). Marc Brandt paraît en être le premier typographe : il y imprime, en 1481, Glosa super Apocalipsîm.
-  Dès cette époque Un grand nombre d'habiles typographes exercent l'imprimerie à Paris. Outre Gering et ceux que nous avons déjà nommés, les plus connus pendant le XVe siècle sont Jean Dupré, Jean Higman, Philippe Pigouchet, Gui Marchant, Jean Carcain, Pierre Lerouge, Michel Lenoir, Pierre Lecaron, Wolfgang Hopil, Thielman Kerver, André Bocard, Jean Trepperel, etc.
-  SAINT-ALBANS (Angleterre). Un maître d'école dont on ignore le nom y imprime une Rhétorique (Rhetorica nova).
-  L'imprimerie est introduite à Burgos (Espagne).

1481
-  LONDRES. Jean Lettou y imprime Jacobus de Valentia in Psalterium. Il s'associe bientôt avec Guillaume de Machlinia (de Malines) ; ce sont les deux plus anciens imprimeurs de Londres.
-  Introduction de l'imprimerie, à Salamanque (Espagne) Saluces en Piémont, - Urbin (Italie).

1482
-  METZ, Metae. Jean Collini, religieux carme, et Gérard de Villeneuve y impriment le livre Ier de l'Imitation en latin.
-  VIENNE en Autriche, Vindobona. Des typographes inconnus y impriment le Tractatus distinctionum de Jean Meyger. Plus tard Jean Winterburger et Jean Singrenius s'y établissent.
-  REUTLINGEN (Allemagne). Jean Ottmar y imprime la Summa Pisani, in-fol. La même année l'imprimerie est introduite dans d'autres villes d'Allemagne : à Cobourg, Erfurt, Memmingen, Munich.
-  ODENSÉE, Ottonia (Danemarck). Jean Snel, typographe allemand, y porte l'imprimerie. C'est la première ville danoise qui ait eu des presses.

1483
-  TROYES, Trecae ou Tricassus. Pierre Lerouge et son fils Guillaume en sont les premiers imprimeurs.
-  HARLEM (Hollande). Cette ville, qu'un récit fabuleux représente comme le berceau de l'imprimerie, a reçu, au contraire, assez tard des établissements typographiques.
-  LEYDE, Lugdunum Batavorum (Hollande). Dans le XVIe siècle, les Elsevier donnent à cette ville une grande renommée.
-  STOCKHOLM, Holnia. Jean Snel y imprime le Dialogus creatararum moralisatus. C'est la plus ancienne impression faite en Suède. L'imprimerie est introduite à Gand (Belgique) ; - Magdebourg (Allemagne) ; - Pise (Italie).

1484
-  RENNES, Rhedones. Pierre Bellesculée et Josse y impriment les Coulantes de Bretagne.
-  Introduction de l'imprimerie à Bois-le-Duc, Busco ducis, en Hollande ; - Chambéry, Camberiacum, en Savoie.
-  Simon Vostre, d'abord libraire et plus tard imprimeur à Paris, est particulièrement connu pour ses publications de livres d'Heures à l'embellissement desquels il fait concourir la xylographie et la typographie. Ces livres, destinés à remplacer les manuscrits ornés de peintures, sont accompagnés de gravures en bois, souvent enluminées ; les pages sont encadrées dans des bordures remplies d'arabesques, de figures et de petits sujets historiques on fantastiques gravés. A ces Heures est toujours joint un calendrier pouvant servir pendant vingt ans. Simon Vostre n'imprimait pas lui-même les livres qu'il éditait ; il recourait ordinairement aux presses de Philippe Pigouchet. En 1497, Gering et Rembolt imprimèrent pour lui un missel de Paris.

1485
-  Antoine Verard, imprimeur-libraire à Paris, publie plus de deux cents éditions d'ouvrages divers, la plupart en français, tels que des chroniques et des romans de chevalerie dont un grand nombre sont imprimés sur yélin et ornés de trèsbelles miniatures. Il était plutôt libraire qu'imprimeur et employait les presses de Pierre Lecaron, Pierre Lerouge et autres.
-  SALINS (France). Jean Desprels (Joan. de Pratis), Benoît Bigot et Claude Baudrand impriment un Missel à l'usage de l'église de Besançon, in-fol., en rouge et en noir.
-  L'imprimerie est introduite à Heidelberg, Ratisbonne, Regensburgum (Allemagne) ; - Verceil en Piémont.

1486
-  ABBEVILLE. Jean Dupré et Pierre Gérard impriment la Cité de Dieu de saint Augustin, traduite en français par Raoul de Praesles. Ce Jean Dupré (de Pratis ou de Prolo) est probablement le même qui imprimait à Paris en 1481 et à Lyon en 1488.
-  TOLÈDE (Espagne). On y imprime un livre du cardinal Ximenès. Pierre Hagembach imprime un Missel en 1500 et un Bréviaire en 1502, par ordre du môme cardinal. Introduction de l'imprimerie à Brunn en Moravie ; - Munster, Slesvig, Stuttgard (Allemagne).

1487
-  BESANÇON, Vesontio. Jean ou François Contet ou Comtet, imprime Regimen sanitatis, cum tractatu epidemiae seu pestilentiae una cum commentariis Arnoldi de Villanova medico, in-4°. On croit que c'est l'édition originale de l'Ecole de Salerne.
-  ROUEN, Rhotomagus. Guillaume Le Talleur y imprime les Cronicques de Normandie, in-fol. L'imprimerie est introduite à Ingolstadt (Allemagne) ; Murcie (Espagne). 1489
-  LISBONNE, en latin Ulyssipo, en portugais Lisboa. La première impression faite en cette ville est un Commentaire sur le Pentateuque, en hébreu, imprimé par Rabbi Zorba et Raban Eliézer, dont on a encore d'autres éditions de livres hébreux. Après les Juifs, Nicolas de Saxe et Valentin de Moravie impriment une Vie de J.-C., traduite du latin en portugais, 1495.
-  KUTTENBERG (Bohème). Martin Tischniowa y imprime une Bible en bohémien.

1490
-  ORLÉANS, Aurelianum. Mathieu Vivian y imprime le Manipulus curatorum, traduit en français.
-  DOLE (France). Pierre Metleinger on Betlinger imprime les Ordonnances du comté de Bourgogne.
-  L'imprimerie est introduite à Grenoble, Gratianopolis.

1491
-  DIJON, Divio. Pierre Metleinger y imprime Cisterciensis ordinis privilegia et Compendium sanctorum avalais cisterciensis.
-  ANGOULÊME. On y imprime, sans nom d'imprimeur, Autores VIII, etc., recueil de poésies morales.
-  NARBONNE. Un bréviaire est imprimé dans le cloître de la cathédrale de Saint-Just, sous l'archiépiscopal de François III de Hallé, et sous la surveillance ou censure de Rodolphe Boissely, vicaire général. Ce volume est sans pagination ; il est imprimé en rouge et en noir, et sur un très-petit format.
-  L'imprimerie est introduite à Hambourg.

1493
-  NANTES, Nannetas. Etienne Larcher y imprime les Lunettes des princes, par Jean Meschinot. La souscription porte l'an mil cccc iiii xx et xiii. Quelques bibliographes citent une édition de 1488, mais ils auront probablement lu viii pour xiii.
-  CLUNI, monastère de Bourgogne. Les religieux y montent une imprimerie.
-  SALONIQUE (Turquie), l'ancienne Thessalonique de Macédoine en Grèce. Des juifs y impriment en hébreu un Commentaire d'Abravanel sur quelques livres de la Bible.
-  COPENHAGUE, Hafnia, Havnia. On commence à imprimer dans cette capitale.
-  L'imprimerie est introduite à Valladolid (Espagne).

1495
-  LIMOGES, Lemovicae. Jean Berton y imprime le Bréviaire du diocèse. L'imprimerie est introduite à Pampelune (Espagne).

1496
-  PROVINS. Guillaume Tavernier y imprime La Règle des marchands.
-  TOURS, Turones. Mathieu Lateron imprime la Vie et Miracles de saint Martin. Le roman de Florio, que Maittaire croyait à tort avoir été imprimé à Tours en 1467, l'a été à Paris, par Caesaris et Stol vers 1475. La date de 1467 se rapporte à la composition de l'ouvrage.
-  L'imprimerie est introduite à Grenade (Espagne).
-  Guillaume Signerre, Français, natif de Rouen, établi à Milan, y imprime la Practica musicae de Gafori, avec la musique notée en caractères mobiles.

1497
-  AVIGNON. On y imprime Luciani Palinurus, etc., aux dépens de Nicolas Lepe, citoyen avignonnais.

1498
-  Jean Petit est libraire juré et imprimeur de l'Université de Paris ; omis il paraît qu'il n'imprimait pas lui-même les nombreux ouvrages qu'il publiait : il entretenait, dit-on, les presses de plus de quinze imprimeurs, Il avait pour devise : Petit a petit. Il fut garde de la librairie et imprimerie, et fit confirmer, en 1516, les privilèges et exemptions que Louis XII avait accordés à cette corporation.

1498
-  TUBINGUE (Allemagne). Jean Ottmar y imprime Lectura Fr. Pauli in primum Sententiarum, in-fol.

1499
-  MADRID. L'imprimerie s'y établit tardivement, parce que cette ville, avant que la cour y résidât, n'avait pas une grande importance.
-  AMSTERDAM. On y imprime Tractatus fratris Dionysij de conversione peccatoris, sans date, mais certainement antérieur à 1500.

1500
-  PERPIGNAN. Jean Rosembach y imprime le Bréviaire.
-  L'imprimerie est établie à Olmutz, en Moravie.
-  VALENCIENNES. Jean de Liége introduit la typographie dans cette ville où il imprime quelques opuscules de Chastelain et de Jehan Molinet. On croit qu'il porta aussi l'imprimerie à Cambrai.
-  TOLOSA (Espagne). Par suite de l'observation que nous avons faite, à l'article Toulouse (en latin Tholosa et Tolosa) sous la date de 1476, il faudrait reporter l'introduction de l'imprimerie dans la ville espagnole vers la fin du XVe ou au commencement du XVIe siècle.

© Textes Rares




Andréas Schweizer
Association Lettres et Images

SCHWEIZER Andréas

Téléphone +41 79 304 14 64 E-mail andreasschweizer@gve.ch

VIE ASSOCIATIVE typographie,patrimoine industriel, art, histoire des techniques

Membre de la commission ICT , Académie Suisse des Sciences Techniques Membre de la commission histoire des techniques, Académie Suisse des Sciences Techniques

Président de l'Association Lettres et Images, projet permanent de patrimoine industriel du Canton de Genève

Président de l'Association pour le Patrimoine Industriel (API) de 1989 à 1999

Directeur et mobility manager à l'Association pour le Patrimoine industriel

Membre de l'association d'artistes Visarte

Membre fondateur groupe ICOMOS section patrimoine technique et industriel





Il y a 2 contribution(s) au forum.

> Histoire chronologique de l'Imprimerie de 1450 à 1500
(1/2) 5 mai 2004, par Pierre Larouche urbaniste
> Histoire chronologique de l'Imprimerie de 1450 à 1500
(2/2) 30 avril 2004, par Antoni d'Alife




> Histoire chronologique de l'Imprimerie de 1450 à 1500
5 mai 2004, par Pierre Larouche urbaniste   [retour au début des forums]

Monsieur, J'ai lu avec intéret votre site à propos de l'imprimerie. Je m'intéresse particulièrement aux liens Lyon-Venise Dans cette ville de Venise vécu G.B. Ramusio qui publia Delle Navigationi et Viaggi. Ci-joints quelques sites concernant Ramusio

LE MONT ROYAL : MONTAGNE SACRÉE - BERCEAU DU CANADA http://colba.net/ larouche/montroyal/index.html

CINQUECENTO - GIOVANNI BATTISTA RAMUSIO http://colba.net/ larouche/ramusio/index.html

LA CONTRIBUTION DE VENISE EN FAVEUR DU CANADA http://colba.net/ larouche/venise-contribution/index.html

HISTOIRE DE MONTREAL - VILLE HISTORIQUE NATIONALE http://colba.net/ larouche/montreal/index.html

ORIGINES DU CANADA-JACQUES CARTIER A HOCHELAGA http://colba.net/ larouche/1-cartier/index.html

FORT LORETTE - HISTOIRE DU SAULT-AU-RECOLLET http://colba.net/ larouche/fort-lorette/index.html

ORIGINES DU CANADA-JACQUES CARTIER A HOCHELAGA http://colba.net/ larouche/1-cartier/index.html

SAULT-AU-RECOLLET - EGLISE DE LA VISITATION http://colba.net/ larouche/eglise-visitation/index.html

LES ORIGINES DE LA NOUVELLE-FRANCE - LES COMPAGNONS DE JACQUES CARTIER osbl http://colba.net/ larouche/compagnons/index.html

MES RESPECTS Pierre Larouche, urbaniste (514) 733 6689 larouche@colba.net Les Compagnons de Jacques Cartier - osbl

> Histoire chronologique de l'Imprimerie de 1450 à 1500
30 avril 2004, par Antoni d'Alife   [retour au début des forums]

En 1543 l'imprimerie mobile arrive à Salerne à la demande de Paolo Grisignani, qui fait imprimer par le typographe Celio d'Alife le livre : Libellus de pulsibus et urinis. Celio d'Alife était un de mes ancêtres.

LOGO SPIP LETTRES ET IMAGES | EN RÉSUMÉ | PLAN DU SITE | ADMIN